1      2      3      4      5      6      7     

La première question qu'on me pose quand je m'annonce comme compositeur, c'est "quel style ?". Je crois que si un compositeur n'invente pas aussi son style, c'est peut-être bien qu'il ne mérite pas ce titre...

C'est à travers la multiplicité des regards que se dévoilent la véracité et l'authenticité ! Comment se satisfaire d'un unique point de vue ? Pourquoi choisir un camp ? Et si de surcroît on réussissait à donner naissance à quelque chose de plus que la simple addition des composants ? Et enfin, si cette naissance était le processus le plus important de la création musicale ? Il ne faudrait pas forger DE la musique mais LA MUSIQUE, comme point d'aboutissement " idéalement inaccessible ", comme entité fluide mais absolue, et dont aucun médium n'est assez bon, assez parfait pour y parvenir pleinement. C'est ce qui explique qu'on puisse glisser aussi aisément d'un instrument simple et rustique vers la musique assistée par ordinateur, avec le même émerveillement. La ligne de mire est la même ; la musique est toujours devant nous...

Lors de la création, comment faire abstraction de l'ampleur des oeuvres classiques et des opéras, du sublime développement que permet leur durée, de la richesse des orchestrations ? Oui mais, comment aussi laisser de côté la puissance et l'envoûtement des musiques métal ou techno ? Comment abandonner la profondeur organique et la volupté des chants polyphoniques, le savoir-faire des musiques traditionnelles du monde ? Comment ignorer la finesse, la liberté et le savoir du jazz ? Comment ne pas aller puiser dans tout ce que la musique dansée a de plus charnel à nous offrir ? Comment la sculpture sonore pourrait nous laisser indifférent ? Et ainsi de suite...

Chaque expérience musicale, de la plus infime à la plus grandiose, possède sa propre force mais aussi sa propre inertie, et aucune ne peut, à elle seule, prétendre posséder la musique. Et j'estime qu'il appartient au compositeur de ressentir chacun de ces "noyaux d'énergie", de les comprendre, et d'opérer leur fusion en les amenant ailleurs. De créer ces silhouettes hors du temps qui se détachent des autres, différentes, sereines et sans ambiguïté.

Le hasard fait bien les choses, c'est très vrai pour la création. Mais il faut cependant savoir lui apporter de la matière, pour qu'il sache quoi hasarder. Plus on lui donne, plus on a de chances de voir émerger quelque chose de différent. Alchimie ludique mais pensée, brillante mais noire, comme la profondeur.

Il est important, pour finir, que j'explique la distinction que je fais, en ce qui concerne les écoutes que je propose sur ce site, entre "trailer" et "extrait". Ce dernier est simplement une partie découpée plus ou moins longue d'une seule oeuvre, sans montage. Un trailer, c'est un ensemble d'extraits, monté façon cinéma, à cela près qu'il ne dévoile pas quelque chose qui va sortir, mais voile quelque chose qui est déjà sorti...Il peut représenter un album entier ("Les Atolls du Son" par exemple), plusieurs compositions d'une même période, une oeuvre longue (certaines atteignent 45 minutes) et trop complexe pour un seul extrait, comme "25 Ans".

Vous ne trouverez sur ce site aucune oeuvre entière, quelques rares exceptions faites. Pourquoi, me direz-vous, si une des forces de ma musique est justement l'intégrité du récit ? Le choix a été difficile, et ce n'est pas une question commerciale, ne vous méprenez pas. Mais il y aurait soit trop de matière, soit pas assez (je devrai réduire le nombre de morceaux). Et majoritairement, je considère que les conditions d'écoute sur Internet ne sont pas forcément propices à l'immersion que ma musique réclame. Alors je préfère que vous fassiez la démarche, après un tour d'horizon, de me demander les oeuvres complètes qui auraient retenu votre attention. Le principe du trailer vous permet, au détriment d'un facteur important certes, de couvrir une palette d'expériences plus vaste.